Circadismes et spirales

La conception linéaire du temps nous est bien utile. Elle permet de mettre à plat ce qui ne l’est pas, de le décrire plus facilement. Ce qui est vivant n’est, par définition, pas immobile. La vie est faite de mouvements et je suis intimement persuadée que la perception du temps passe par celle du mouvement- du temps tel que nous le connaissons ici, dans cette vie qui est la nôtre, bien entendu.

Un Almanach décrit le déroulement de l’année, à l’instar d’un calendrier. Il faut donc bien prendre un point de départ et un point d’arrivée. Et il sera nécessairement arbitraire. Le temps n’a en réalité ni commencement ni fin. L’année fini et commence sans cesse, en permanence…

Par choix personnel, je commence cet almanach à l’équinoxe de printemps, au temps des germes qui sortent et des bourgeonnements. Que vos saisons soient bénéfiques !

 (c) Lalie Solune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *