Soupe des bois printaniers

De retour d’une agréable promenade dans les bois en ces fêtes de printemps, je profitais de ma cueillette pour alléger un peu les repas de retrouvailles familiales (car le Vieux, mi-ours mi-sanglier est le roi du pâté, des charcuteries et des saucisses) et retrouver un goût plus végétal et sauvage…

 

Voici un bon saladier de feuilles de pissenlit accompagnée d’une poignée de feuilles de primevères sauvages et de deux brins d’ortie mis à tremper dans de l’eau avec quelques gouttes de vinaigre.

Cueillies par temps sec et, surtout, avec modération : une feuille sur cinq uniquement, au fil du chemin afin de ne pas dépeupler les sites et transportés dans un sac de coton tissé. Les feuilles sont gentiment secouées pour faire tomber toute petite créature qui sera toujours mieux dans la forêt que dans un sac ou, pire encore, dans un évier ou une marmite… Les gouttes de vinaigre permettent d’éliminer les éventuelles pollutions, la principale étant la pisse animale (humains inclus, certains ne font pas attention…), puisque ce bois était loin de tout champ cultivé ou pâturage.

Après trempage, pour bon usage pose une grande planche de bois sur laquelle les feuilles égouttées seront hachées au couteau. Dans la marmite où un peu d’ail est posé sur fond d’huile, jette ces morceaux de feuilles avec quelques grains de sel et de poivre. Sur petit feu et sous couvercle fais transpirer. Ajoute l’eau pure lorsque les feuilles ont aspect ramolli et baignent dans leur propre jus. Laisse le feu grandir un peu et sers sitôt que porté à ébullition avec du pain ou mieux encore, des croûtons pas trop gras.

 

Et avec les fleurs des pissenlits…

 

 

Un sirop pour l’hiver…

 

(c) Lalie Solune

Risotto d’asperges vertes

Nettoie de belles asperges et découpe-les en tronçons en préservant avec respect les pointes priapiques de ce souterrain légume… Verse un peu d’huile d’olive vierge dans une sauteuse en fonte et ajoute une gousse d’ail écrasée, quelques oignons nouveaux émincés, les tronçons fins d’asperges, sauf les pointes préservées. Fais transpirer ces légumes, en les faisant sauter.

Verse du riz arborio accompagné d’eau en suffisance pour avoir un ensemble immergé, jette sel en pincée et poivre pour assaisonner. Pose couvercle et demande au feu de se faire doux. Laisse cuire et ploploter gentiment quelques dix minutes avant de rajouter 7 fois 7 brins de safran et les pointes d’asperges pour les dix dernières minutes.

 

(c) Lalie Solune

Cycle des floraisons – Avril

Avril prolonge le temps de l’équinoxe.

Pour les chrétiens, c’est Pâques et les œufs en chocolat sont prétexte à des jeux aux jardins… Les asperges poignent et sont bonnes à manger, les oignons « verts » nouveaux prennent leurs aises dans la terre et étirent leur verdure vers le ciel, les feuilles se déploient et grandissent, les fleurs de la fin mars sont toujours là mais bourgeonnent déjà celles de l’aubépine de mai et s’épanouissent les premières du fraisier, tandis que les tulipes étalent leurs couleurs. L’ail de printemps commence à se montrer dodu, encore un tout petit peu de patience… Les fèves débutantes et les cosses de petits pois vert tendre font les fiers et ont de quoi. L’ail des ours va bientôt fleurir, il est temps de finir ta récolte. L’oseille fait la belle et exhibe ses jeunes feuilles. La cive est là, profites-en. Le thym et le romarin sont en fleurs dans la garrigue, la petits artichauts de Provence commencent à être récoltés. Dans les Pyrénées, c’est bientôt le temps des morilles.

Les pousses de basilic, de bourrache, d’aneth se montrent déjà, coquettes et bientôt assez grande pour pouvoir être généreuses…

 

(c) Lalie Solune

Omelette au cresson

Lave et trie une petite botte de cresson en privilégiant les feuilles, les tiges peuvent aller dans la soupe. Hache-les brièvement au couteau ou découpe-les en tout petits morceaux à la main. Choisis cinq ou six œufs de gaie poulette rousses et casse-en deux dans un saladier. Ajoute les jaunes des autres aux deux premiers, en prenant soin de garder leurs blancs dans une assiette creuse. Fouette les œufs entiers mélangés aux jaunes. Ajoutes-leur le cresson et un peu de poivre si tu veux, ou encore un peu de sel (moi pas, mais fais ce que voudras). Fouette les blancs mis de côté en les faisant bien mousser. Mêle tout ensemble en souriant. Cuis cette omelette en la faisant saisir à souhait de croustillance, à la poêle et dans une huile végétale. Sers avec une salade de jeunes feuilles printanières.

Petit « truc » pour retourner l’omelette : pose sur la poêle un couvercle plat ou une assiette plate assez grande pour tout recouvrir, pose ta main à plat dessus et maintiens fermement, saisis la queue de la poêle et retourne d’un seul coup, fais ensuite glisser l’omelette dans la poêle…

 

(c) Lalie Solune

Infusion de purification printanière

Pour un demi litre d’une eau de source que tu auras recueillie en échange d’un bout de ruban, d’une chansonnette, d’une pensée aimante ou d’une confiserie en offrande, jette dans ton pot à thé une petite poignée de feuilles d’ortie, une pincée de thé vert de Chine, cinq feuilles de Gingko biloba et une pincée de feuilles de vitis vinifera. Laisse infuser dans l’eau chaude au moins cinq minutes et bois le matin à jeun et autant qu’il te plaira au cours de la journée. Ton corps de lui-même se nettoiera, ton sang vif et guilleret circulera, ton teint de nouveau s’éclaircira…

(c) Lalie Solune

Cycle des bourgeonnements – Mars

De l’équinoxe de printemps aux premiers jours d’avril, tandis que les bouleaux et les aubépines bourgeonnent, que les saules et les peupliers portent leurs chatons comme des bijoux précieux, que les abeilles sortent d’hibernation, tu pourras recueillir l’eau de source enchantée, la purificatrice sève de bouleau; tu pourras récolter avec gratitude et discernement :

cresson, pousses d’orties, pousses et feuilles précoces d’épinards, primes roquettes, fleurs et feuilles de primevères, nouvelle ciboulette, romarin fleuri, jeune chicorée, brins de doucette, premières feuilles de lierre terrestre, violettes, pâquerettes et pissenlits. Le peuple des mousses pourra sans doute t’accorder : agarics à deux spores, pleurottes en huître, mousserons, marasmes des oréades, truffes du Périgord…

 

(c) Lalie Solune

 

Potage lutin de cresson

Chatouille une botte de cresson pour faire tomber ses mauvaises feuilles aigries. Profites-en, elle ne peut pas bouger… Fais chauffer un peu d’huile d’olive, ou du beurre si tu est un(e) incorrigible nordique, tu es chez toi, fais ce qu’il te plaira. Pendant que le cresson se marre, profites-en pour le passer à l’eau courante et le jeter sournoisement dans la marmite ; bouche-toi les oreilles quand il entre en contact avec la matière grasse brûlante. Au passage, colle-lui un couvercle aussi, on ne sait jamais. Avant, pendant ou après, ça te regarde, jette là-dedans une pincée de sel (du marin, du vrai, pas de bêtise, hein ?) et un peu de poivre. Laisse tout ça sur le feu un petit moment. Noie ensuite la mixture avec de l’eau pure et laisse la soupe cuire à couvert sur un feu très doux.

Utilise ton flair pour savoir quand c’est prêt et mixe avant de manger proprement et avec des croûtons.

*si le mixer te répugne ou fait trop de bruit dans ton immeuble à l’heure indue à laquelle tu manges, hache donc le cresson au couteau après l’avoir chatouillé… ça lui apprendra.

 

(c) Lalie Solune

Velouté de radifeuilles

Et avec les fanes des radis dégustés en accompagnement des muffins…

Triées et rincés, les vertes feuilles seront jetées sur une huile d’olive chaude où aura rissolé de l’ail pressé.
A couvert et doux petit feu, on les aura laissé fondre avant de les arroser d’eau de source et sel et poivre et sourire.
Tout cela ensuite va ploploter bien gentiment sous le couvercle, frémir tout doucement à l’abri, comme dans sa coquille d’œuf, celui d’avant la poule.
Puis, avec l’instrument qui te conviendra le mieux, tu mixeras le tout pour obtenir un velouté clairet et l’agrémenter de deux bonnes grosses cuillerées (mesurées chez moi à la spatule en bois)
de mascarpone diluées à feu moyen…

(c) Lalie Solune

Tarte aux vertes feuilles du printemps

Coupe trois oignons verts nouveaux en petits morceaux et hache grossièrement au couteau deux bonnes poignées de feuilles de radis bien lavées. Fais-les transpirer dans une huile végétale neutre (arachide ou tournesol) avec un peu de poivre noir. Fouette un œuf dans un grand verre de lait et mêle les légumes au liquide. Verse la garniture dans une pâte à tarte. 

Saupoudre d’un peu de fromage sec râpé (tomme de brebis, Parmesan…) et de trois généreuses pincées de safran. Confie cette tarte à ton four chauffé et réglé à 200° c. pendant une demie heure, en prenant soin de la couvrir au début de la cuisson afin que le safran ne sèche pas, mais en laissant l’air circuler pour ne pas qu’elle mollisse.

(c) Lalie Solune

Muffins au pollen

Muffins au pollen de fleur accompagnés de radis roses frais*

Effeuille dans un bol des pétales de soucis, la fleur qui suit le soleil.
Tamise 100 gr. de blanche farine mêle-la à 5gr. de poudre à lever.
N’oublie pas qu’il peut encore neiger…

Ajoute 125 gr. de ricotta et saisis-toi de deux œufs de poules qui ont gambadé gaiement à la percée des pissenlits.
Prends une épingle à grosse tête avec laquelle tu perceras un trou en haut de l’œuf et en bas, agite-le bien
et, maintenant, souffle pour en faire sortir le contenu. Patientes, le blanc est un peu difficile à faire sortir au début mais ça viendra et tu pourras ensuite garder les coquilles pour les décorer et les suspendre avec un fil.

Oeuf_perc__et_vid__P_ques_08

Mélange bien avec trois cuillère à café d’huile de ton choix, pour moi c’était un mélange arachide-olive.
Ajoute les pétales de fleur, râpe une bonne carotte avec une râpe à gros trous, mélange encore.
Saupoudre d’une cuillère à café de pollen de fleur.

P_te_muffins_p_tales_soucis_carotte_pollen

Répartis la pâte dans les six emplacements de ton moule à muffins et cuis à 180°c. pendant 20 minutes.
Sers tiède ou froid avec de la salade de jeunes feuilles, des radis et un vin blanc à caractère minéral, un aligoté par exemple.

Que le printemps déploie ses pétales !

(c) Lalie Solune

* Pour une utilisation des fanes de radis voir ici ou ici