Beignets breizhous aux pommes

Pour ces beignets, commence par convier cinq compères et commères de bon aloi et bonne compagnie.

Avec leur participation, que ce soit par le geste ou la seule conversation, qu’une livre de pommes sorties de la réserve, lavée, pelée et à la fin évidée avant d’être râpée.

Pendant ce temps ou bien encore après, il s’agit de mélanger dans une terrine de fête une livre de farine blanche comme la neige qui tombe peut-être encore, 200 gr. de sucre brun comme la terre qui dort en-dessous, cinq œufs gentement cédés par quelques généreuses poules, une cuillère à soupe d’huile et trois quart de litre de lait, tout cela bien touillé et puis mélangé aux pommes râpées à la lueur des chandelles, des sourires et des chants d’ouverture de la période de Carnaval…

Graisse une poêle de la façon suivante : un peu d’huile frottée avec le chiffon à huile, un peu de beurre vite fondu à la chaleur. Puis étale une mince couche de cette pâte qui va cuire, être retournée et cuire encore avant d’être goûtée dans son état de beignet : chaud, sucré et arrosé d’une bolée de cidre nouveau.

(c) Lalie Solune

 

3 réponses sur “Beignets breizhous aux pommes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *