Cycle des grains

Les légumes et les fruits du plein été continuent à s’offrir à nous, sans oublier certaines variétés de prunes, comme les reine-claudes. Les fleurs solaires des soucis (ou calendules) commencent à être épanouies. Les grains de nombreuses sortes s’ajoutent à eux, céréales à manger, céréales à broyer, céréales à malter… Dans les campagnes anglaises, c’est la fête de John Barleycorn ou Jean Grain d’Orge*

Il est vrai que nous sommes très peu nombreux à connaître aujourd’hui le labeur harassant des moissons sous la torpeur de l’été et la crainte de l’orage destructeur de récoltes, si bien décrits par Claude Seignole dans ses romans, mais que serions-nous sans le blé, sans le seigle, sans l’orge qui nous fournissent nourritures et boissons ? Le roi sacrifié aux cornes d’épis nous offre subsistance durable. La fertilité de la terre, à son apogée, se déploie.

Les noisettes, encore vertes, continuent de mûrir lentement, à leur rythme, tandis qu’à partir de la mi-août on récolte les haricots blancs qui pourront se mettre à sécher pour l’hiver. Le mois avançant, les quetsches à la belle couleur pruinée et les betteraves vont mettre une touche de couleur automnale sur la saison des orages et des fêtes populaires… Les baies aussi deviennent plus sombres, d’un noir bleuté et violacé : aux myrtilles succèderont les premiers fruits des ronces, les délicieuses mûres. Les graines de tournesol pourront être récoltées, fruit du soleil par excellence à conserver pour l’hiver. L’engrangement des récoltes a commencé. Les graines de lin sont prêtes à être récoltées, les graines de Nigelle, qui parfument si bien le pain, sont mûres, et les groseilles à maquereaux sont juteuses, idéales pour farcir le maquereaux boucané au petit bois vert de pommier… Il est temps d’accepter les rafraîchissements grondants et parfois cinglants des orages, il est temps de prendre un repos propice à envisager l’avenir de la meilleure façon possible en fonction de nos récoltes…

 

Puissent les Tempestaires épargner vos pommes encore vertes.

 

*merci à Lune !

 

(c) Lalie Solune

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *