Far aux pruneaux

Une lichouserie bretonne pour 6 gourmands…

 

Dans un grand saladier bleu et blanc ou une grande terrine brune, tamise 250 grammes de belle farine blanche et verse 250 gr. de bon vieux sucre de canne roux.

Bois un petit verre de délicieux rhum de Marie-Galante (du 65°, sinon rien!) en l’honneur des vaisseaux qui revenaient des Antilles et en chantant une chanson de marin sans omettre de mélanger les ingrédients de la main qui reste libre.

Bats quatre oeufs, non pas comme plâtre, sabot d’bouc !, mais comme une omelette… pas compliqué, ça… Tiens-toi droit et fais un puits au milieu de la farine sucrée pour y verser les oeufs, Une petite cuillère d’huile, une pincée de sel marin et puis, progressivement, en touillant (d’où l’importance d’avoir asséché la bolée) un litre de bon lait de vache frais et tout blanc. Continue en chantant jusqu’à ce que la pâte onctueuse et fluide apparaisse sous ta cuiller en bois comme par enchantement.

Là, tu peux pousser une exclamation émerveillée.

Avant de continuer : saisis-toi de quelques pruneaux et roule-les dans la farine.

Beurre et farine un plat, verse la pâte dedans et puis les pruneaux dans la pâte. Où l’on voit l’importance de n’avoir bu qu’un seul verre de rhum, corneguidouille !

Enfourne à 200°C (Oyez ! Par-delà l’océan ! à 400°F !) et laisse cuire une heure pendant laquelle tu peux boire ce que tu veux en regardant le far gonfler, gonfler, gonfler…

 

C’est beau et c’est chaud…

Ensuite, lorsqu’il est doré, c’est bon, mais c’est chaud…

 

(c) Lalie Solune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *